Présentation de La Confrérie des Taste-Andouilles du Val d’Ajol

La Confrérie a pour but de promouvoir les spécialités gastronomiques charcutières l’Andouille du Val d’Ajol et le Gandoyau et d’organiser et animer la Foire aux Andouilles et des manifestations gastronomiques (Salon des Sites Remarquables du Goût, Cuisine en fête, Semaine du Goût)

Chaque 3ème Lundi de Février, le Chapitre de la Confrérie est ouvert solennellement et la foule se presse le long du défilé conduit pat le Grand Dépendeur assisté du Maître des Archives, du Chancelier Hérault, du Conservateur du Musée, défendu par le Hallebardier… Défilé haut en couleurs auquel participent les Confréries vineuses et gastronomiques venues fêter l’Andouille ! Chaque année, une cinquantaine de nouveaux intronisés viennent joindre la joyeuse cohorte forte maintenant de plus de 2000 membres disséminés de par le Monde. On vient de loin en ce 3ème lundi de février, du Japon, du Canada, du Maroc, d’Allemagne, de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas, de Suisse et d’ailleurs. De hauts dignitaires du clergé, de la politique, du cinéma, de la chanson, de la télévision, du journalisme et d’éminents membres de la Gastronomie sont entrés dans les rangs de la Confrérie. La journée se poursuit par un repas gastronomique très chaleureux et apprécié de tous. Chacun repart en jurant de revenir chaque année à la Foire et d’élever des jeunes générations dans la vénération de l’Andouille.

L’Andouille du Val d’Ajol

Si, au Val d’Ajol, on est fier de faire l’andouille de père en fils, l’esprit s’émoustille autant que les papilles lorsqu’on parle de l’Andouille. Cette savoureuse andouille peut se déguster sur le pouce avec un bon pain de campagne, arrosée de Pouilly-sur-Loire ou de Beaujolais; des pommes de terre en salade en font l’accompagnement traditionnel mais, sur un lit de pommes paille, en papillote cuite dans une eau coupée de vin blanc, en garniture de choucroute, de lentilles, de haricots rouges ou de potée lorraine, elle donne toute sa saveur. Il suffit d’un peu d’imagination et ce plat très simple devient un vrai régal: certains vous la serviront en feuilleté, d’autres en brioche ou en chausson fourré de pommes fruits et de lard fumé. Mais si vous la préférez froide, elle accompagnera délicieusement tous vos apéritifs.

L’Andouille du Val d’Ajol est depuis 1984, une marque déposée auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Selon la recette officiellement enregistrée, cette cochonnaille embossée dans un boyau naturel est composée à 60% de viande maigre de porc (15% de matière grasse maximum), prélevée dans toutes les parties de l’animal (à l’exclusion du dos). Les 40% restant proviennent des chaudins (l’estomac et le gros intestin) que l’on met dégorger 24 heures avant leur cuisson, à l’eau trois heures durant. Evidemment la recette de base s’accompagne de nombreux assaisonnements (sel, poivre, épices vertes…..) le tout arrosé de vin blanc, sec et non fruité. Passé le temps de la préparation, les andouilles sont égouttées puis fumées, pendant 4 à 6 heures en moyenne. L’andouille, prête à la vente, doit être consommée dans un délai d’un mois. Le produit cru nécessite une cuisson de 20 à 25 minutes, dans une eau frémissante. La production de l’Andouille et du Gandoyau du Val d’Ajol est limitée au territoire de la Commune du Val d’Ajol. A ce jour, seuls cinq bouchers-charcutiers sont autorisés à faire usage de la marque déposée. La bague mise autour de l’Andouille authentifie son origine. Chaque année ces professionnels produisent collectivement plus de 200 tonnes d’Andouilles et de Gandoyaux .

Histoire de La Foire aux Andouilles
et de
La Confrérie des Taste-Andouilles du Val d’Ajol

15 Février 1965 : Date de fondation de la Docte, Insigne et Gourmande Confrérie des Taste-Andouilles et Gandoyaux du Val-d’Ajol.

A vrai dire, cela a commencé le 17 février 1964, jour de la séculaire Foire aux Andouilles. Si René COLLE n’avait pas apporté comme chaque année, à son ami restaurateur Robert PETITJEAN de l’Hôtel du Cygne, des andouilles et gandoyaux à cuisiner pour le repas de midi qu’il partageait avec des amis, Si Luc, le serveur ne s’était pas trompé en apportant le plat odorant à la table de René BOLMONT, secrétaire général de Mairie et non à celle de René Colle, peut-être que rien ne serait arrivé !!! Charles LAPREVOTE, journaliste, chef de l’agence de l’Est Républicain de Remiremont, venu « couvrir » la manifestation de la Foire, se trouvait donc à la table de René BOLMONT, il a trouvé les andouilles si savoureuses qu’il a déclaré solennellement « vouloir faire connaître cette charcuterie au monde entier »

Dans le courant de l’année, le RP LELONG, dominicain, a publié sa « Célébration de l’Andouille » dans laquelle il a omis de parler de l’Andouille du Val-d’Ajol, quel sacrilège !!!
D’où l’invitation de Charles LAPREVOTE adressée au RP LELONG à venir au Val-d’Ajol à la Foire de 1965, découvrir « de visu et de goustu » cette fameuse andouille.

Ce jour du 15 février 1965, le RP Maurice LELONG et son éditeur Charles MOREL partis à 5h du matin de Paris, téléphonaient depuis Bar-sur-Aube pour informer qu’ils étaient bloqués par le verglas et qu’ils devaient faire demi-tour. Un peu déçus, les convives se sont tout de même installés à la bonne table de l’Hôtel du Cygne pour entamer avec appétit l’excellent repas que Robert leur avait concocté. Quand une belle surprise les enchanta au milieu du repas : ayant vaincu le verglas, le RP LELONG accompagné de son éditeur arrivaient à 13h23 pour partager les agapes. Acclamé, installé vivement à table devant une assiette garnie de cochonnailles, le RP LELONG déclarait que « l’Andouille du Val-d’Ajol était digne des plus grands éloges. » Et devant les caméras de télévision, les micros des radios, il a répété à qui mieux mieux les mérites incontestables de l’Andouille du Val-d’Ajol. Puis dans une joyeuse ambiance, ce fameux jour du 15 février 1965, la Confrérie fut créée en présence du RP LELONG, du Marquis de BUYER, maire du Val-d’Ajol de Charles LAPREVOTE, une équipe de gais lurons et fut lancée avec humour par les médias.

Pendant quelques mois, C. LAPREVOTE, et ses amis Anciens d’AFN ont porté la Confrérie sur leurs épaules avant de la confier au Syndicat d’Initiative du Val-d’Ajol. Robert GALLAIRE, président et boucher-charcutier de surcroit en fut tout naturellement le Grand Dépendeur. Puis toute l’équipe, Maître des archives (Marianne DURUPT), Grand Argentier (Marcel PIERRE), Chancelier Hérault (Georges GALLAIRE), Maître des Délices (Michel GRANDCOLAS) Dépendeur Plénipotentiaire (Olivier DURAND), Maître des Cérémonies (Paule COURROY), Dépendeur Honoris Causa, Maître Dégustateur, Goûteur Juré et tutti quanti partaient à l’aventure, Hallebardier (François SIMONIN) en tête !

Après avoir inauguré le Musée National de l’Andouille en 1966 en présence de Pierre BONTE et du Sous-Préfet, depuis 1967, la Confrérie attribue chaque année le Prix Littéraire de l’Andouille, elle a inauguré la Place aux Andouilles en 1967, marié la Fillette de Pouilly avec le Gandoyau du Val-d’Ajol en 1968 à la Mairie du VIe à Paris, créé le prix artistique de l’andouille, déposé la marque « Andouille du Val-d’Ajol » à l’INPI en 1984, fondé le Comité de Foire et d’Animations en 1999, parrainé la création de nombreuses confréries, organisé dans la commune La semaine du Goût depuis 1995 et a été sélectionnée en tant que Site Remarquable du Goût la même année en 1965 et lancé ensuite Cuisine en Fête, elle a participé à de multiples manifestations gastronomiques (Foire de Sarrebruck, Salon de l’Agriculture, Semaine de la gastronomie lorraine à la Tour Eiffel, etc.) Lors de la tenue de ses différents chapitres et de son Bailliage d’Allemagne, en accueillant les Confréries bachiques et gastronomiques et bon nombre d’impétrants, elle a intronisé plus de 3000 personnes.

Elle a développé la Foire aux Andouilles qui se déroule maintenant sur 3 journées avec le Salon Gourmand, le Salon du Livre Régional, les chapitres magistraux, et en collaboration avec les associations locales, diverses animations dont le Marché aux Puces et le Défilé de Chars et de Musiques le dimanche, la Foire est ainsi devenue l’une des manifestations les plus importantes et des plus prisées de la région.

Elle a fêté, en 2015, le cinquantenaire de sa création, sur le thème de carnaval, qui a battu tous les records d’intronisations et de fréquentation. Quant à la Confrérie, elle poursuit son chemin dans la bonne humeur, en défendant les richesses de la gastronomie et l’esprit de convivialité.